Liens Relax Cours Gestes Souffles Postures Images Accueil

Natarajâsana
(Le Danseur Cosmique)

Présentation :

Il faut prendre, par exemple, le pied gauche avec la main gauche, et monter le pied en arrière bien vers le haut. Il faut tendre l'autre bras à l'horizontale, l'index est tendu avec le regard qui fixe droit devant dans sa direction. Il ne faut pas chercher à se pencher trop en avant, au contraire il faut essayer de garder le buste relativement droit.

Sentir alors l'étirement, l'envergure de la posture et sa vibration dans tout le corps, il est bon de rester concentrer dans le centre du coeur, tout en maintenant l'équilibre général.

Il n'y a pas dans cette posture, de contrôle arithmétique du souffle, il faut simplement passer progressivement dans un souffle énergétique, subtil et quasi inaudible. Tenir le plus longtemps possible, (3mn minimum).

Cette posture est en rapport avec la divinité Brahmâ, qui représente l'aspect créateur de l'univers. C'est également dans l'immobilité que les plus fortes énergies sont créées.

 

Version dynamique :

Contrairement à la posture précédente, il faut ici croiser par exemple le pied gauche avec la main droite, en prenant soin de bien aligner les genoux. Pour ce faire il faut cambrer tout en tirant le pied en arrière avec la main. Il faut ensuite tendre l'index de la main gauche devant les yeux à une trentaine de centimètre environ, de manière à bien pouvoir fixer le bout de l'index devant soi.

L'allure générale doit être décontractée, esthétique et inspirée. Dans cette position de départ, il faut trouver une bonne stabilité, et rester concentré dans le centre du coeur tout en maintenant l'équilibre. Le souffle doit progressiement se subtiliser devenant quasi inaudible avec très peu d'échange d'air. Si la position est bien stable alors il est possible de s'engager dans un mouvement imperceptible, consistant à monter l'index et le regard qui le fixe vers le haut.

Le mouvement doit être à ce point si lent et si progressif qu'il ne puisse laisser transparaître aucune sorte de mouvement à un oeil extérieur qui observerait la scnène. Ce spectateur à l'instant ne verrait que posture immobile et fixité générale. Autant dire que cette pratique est extrêmement difficile. Il s'agit réellement d'une pratique dans la pratique, il faut s'y entraîner de très nombreuses fois, avant de pouvoir espérer un quelconque résultat probant.

A la fin l'index doit être au plus haut, et le regard qui le fixe complètement à l'aplomb.

Cette posture est en rapport avec Nataraja le danseur cosmique, représentant l'un des aspects de la divinité Shiva. Il symbolise l'activité incessante qui créé et détruit à chaque instant toutes manifestations de l'univers. Nataraja danse à travers cette activité phénoménale incessante, aussi bien dans l'infiniment grand, à travers les grands cycles de la nature et des planètes, que dans l'infiniment petit, à travers la course effrénée des électrons et des particules élémentaires. Enfin à l'image de cette dernière posture, alors même que cette danse se manifeste à chaque instant, le danseur reste invisible et le monde semble perdurer, identique à lui même ...